AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Love lights more fires than hate extinguishes. (tobias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MessageSujet: Love lights more fires than hate extinguishes. (tobias)   Mar 3 Fév - 11:50

Elle ouvrit soudainement les yeux, envahit par une drôle de sensation qu'elle n'avait jamais connu auparavant ou alors, très peu de fois ressenti. A en croire les lueur qui passaient au travers des pans des volets de la fenêtre, il était encore nuit, ou bien trop tôt pour être déjà levée. Bien qu'elle était encore un brin grisée, elle pouvait sentir l'alcool s'évader peu à peu de son corps affaiblit, usé par l'ne soirée des plus mémorables, tant la luxure et la débauche avaient cédé à leurs limites. Des limites, Lena n'en avait que très peu et cela expliquait sans doute la présence de son meilleur ami dans son lit, vêtu de son plus simple appareil. Il semblait paisible, les yeux clos et la respiration sereine. Il en devenait presque énervant de perfection et de tranquillité, bien confortablement happé par ses rêves, tandis qu'elle luttait pour retrouver le sommeil. Des remords, voilà ce qui la tiraillait à une heure si tardive au point qu'elle ne puisse se rendormir. Tobias et elle avaient franchi la ligne interdite depuis ce fameux premier baiser et toutes les autres premières fois qui suivirent, les unes après les autres. Elle l'aimait. Non pas comme on aime l'homme dont on souhaiterait le nom, ni même comme un ami.  Elle l'aimait au point de souffrir de son absence, de se rendre malade s'ils ne s'abandonnaient pas l'un à l'autre en une communion parfaite de deux âmes contraires et imparfaites. Ils n'avaient pas grand chose en commun et se différenciaient davantage l'un de l'autre au fur et à mesure des années. Mais si le temps prenait le dessus, leur relation restait presque figée, comme si elle était son seul et unique point de repère. Il était son phare dans les périodes sombres, sa bouée de sauvetage quand elle se noyait un peu trop et pourtant, la beauté de cette relation était également la raison qui les poussaient à se détruire, tous les deux. Ils n'étaient pas fait pour être ensemble, ni même pour s'aimer. Ils étaient fait pour cette dualité constante et instable, ce corps à corps dangereux et vacillant. Comme deux flammes à jamais condamner à survivre ensemble en une danse gauche et maladroite, mais finalement plaisante à voir. Elle fixait le plafond de ses prunelles claires, remontant des années en arrière dans ses souvenirs. Lena était rongée par des questions dont elle ne pouvait pas avoir la réponse. Maintenant qu'elle savait où tout cela les avaient mené, elle était désireuse de savoir ce qu'il se serait passé s'ils n'avaient jamais franchi les limites de l'amitié. S'ils en étaient restés à une relation platonique et amicale, loin de tout besoin primaire et bestial. Elle avait beau s'imaginer une multitude de scénarios dans sa tête, l'ignorance restait sa principale torture. Peut-être que le temps aurait fini par les éloigner ou peut-être auraient-ils été plus soudé que jamais. Elle soupira légèrement avant de fermer ses yeux. Elle souhaitait plus que tout sombrer dans le sommeil, loin de tous ces embarras. Elle qui n'avait jamais daigné prêté attention aux hommes par le passé, elle ne pouvait lier cette emprise que Tobias avait sur elle. Il lui faisait méchamment ravaler sa fierté – et ce sans même s'en rendre compte. Il était son plus grand ami, mais également son plus grand ennemi. Elle le haïssait pour cela, autant qu'elle pouvait l'adorer. Lena se sentait prise au piège par la situation et ne discernait aucune issue. Elle avait besoin de fuir, mais bien plus encore de rester.

Les rayons du soleil vinrent caresser sa peau. Elle avait finalement réussi à se rendormir, même si cela ne l'avait pas reposé pour autant. Elle ouvrit lentement ses paupières et à de nombreuses reprises. Lorsqu'elle releva la tête, elle fut surprise de poser son regard sur un Tobias éveillé, au point d'en sursauter légèrement. « Ah. Je déteste quand tu me regardes dormir. » Lança-t-elle en roulant grossièrement des yeux. Un sourire amusé vint étirer ses lèvres alors qu'elle se relevait pour s'asseoir contre la tête de son lit. Elle avait les cheveux décoiffés, les yeux criblés de cernes et la mine fatiguée. Mais c'était son Tobias, son double. Et il l'avait déjà vu dans des états bien pires. Elle jeta un coup d'oeil sur le lit d'à côté, Dominique n'était pas rentrée de sa soirée. Lena aurait presque préférée sa présence, au risque d'entamer des conversations auxquelles elle ne s'était pas préparée.

_________________

you're haunting me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Love lights more fires than hate extinguishes. (tobias)   Dim 8 Fév - 7:49

Il était bien. Etrangement, il ne sentait pas sa tête retournée par une soirée aux luxes trop importants. Les yeux fermés, il essayait vainement de se rappeler le peu de souvenirs qui acceptaient de remonter à la surface après de telles débauches. Il voyait des verres se remplir, un peu plus à chaque fois. Et de plus en plus souvent. Des sourires. Des effleurements. De lui ? Il ne saurait en être sûr. Doucement, il passa sa main sur son visage. Toujours en gardant ses yeux fermés, il sentit un poids à ses côtés. Il soupira. Apparemment, il n’était pas rentré seul. Ou plutôt, le jeune homme avait accompagné une demoiselle chez elle après sa soirée. Les draps reposant sur son corps nu étaient beaucoup trop doux pour être les siens. Mais très vite, un parfum vint s’insinuer dans ses narines. Toujours à moitié endormi, il ne pu empêcher un petit sourire venir prendre place sur ses lèvres. Il reconnaissait ce parfum. Il pourrait le reconnaître entre mille. Il lui rappelait tout. L’envie. Le désir. L’histoire. L’étrangeté. La vie. Le sourire. Doucement, il finit par ouvrir les yeux. Tobias était étendu sur le dos, un drap lavande reposant sur le bas de son ventre. Une seule respiration se faisait entendre. Calme. Douce. Heureusement d’ailleurs. Le jeune Carrow aurait été plutôt assez perturbé de se réveiller dans une chambre où une autre colocataire se tenait. Grimaçant à la pensée de ce qu’il aurait pu croiser à son réveil, il s’adossa à la tête du lit. Il ne devait pas être très tard. Les doux rayons de soleil venait éclairé une partie de la chambre, sans être assez haut pour voir midi passé. Tournant sa tête vers la gauche, il aperçut l’objet de ses fantasmes. Couchée sur le ventre. Seul le haut de son dos était visible. Il fut tenté de passer son doigt entre ses omoplates. Mais le jeune homme ne voulait pas réveillée celle qu’il considérait comme sa meilleure amie. Avec des avantages. Certes. Il sourit à cette pensée. Le nombre de fois où il avait entendu des gens blablater dans son dos. Au final, il n’en avait rien à faire. Il était bien lui. Et pour l’instant, Lena était tout ce dont il avait besoin. Tobias poussa un profond soupire en passant la main dans ses cheveux noirs. Ses parents lui avaient souvent sous-entendu qu’un mariage avec la famille Avery serait plus que profitable. Sauf qu’il n’avait aucune envie de se marier. Encore moins de lier sa vie à une personne pour l’éternité. Autant il appréciait celle qui reposait à ses côtés. Lorsqu’on lui demandait de décrire la relation qui les unissait, le jeune brun était toujours incapable de mettre des mots sur ce qu’il ressentait. Il aimait sa compagnie. Elle n’était pas envahissante. Elle ne lui demandait jamais rien. Et Voldemort pouvait se retourner dans sa tombe, mais c’était tout ce qu’il avait toujours voulu. Les responsabilités, les attaches, ça le faisait fuir. Trop tôt. Pourtant, elle était tellement belle. Ses yeux fermés, ses lèvres légèrement entrouvertes, ses cheveux éparpillés autour d’elle sur son oreiller, souvenir d’une danse plutôt agréable de leurs corps chauds. Humides. Rouges. Tobias secoua la tête. Ce n’était pas de beaux matins qu’il devait se mettre à avoir de telles pensées. Ce fut juste à ce moment là que la belle au bois dormant daigna ouvrir ses paupières. « Faudra t’y faire » dit-il. Tobias se pencha, déposa un baiser sur la joue de Lena. Depuis toujours, il la saluait ainsi. Lui qui détestait tout genre d’affections, n’ayant jamais été habitué à tout ça, avec elle, c’était devenu naturel, c'était normal. C'était un besoin. Par la même occasion, il retira le drap qui recouvrait son corps nu. Se penchant au bas du lit, il enfila le boxer qui était très vite parti rejoindre le reste de leurs vêtements au sol. « Par le plus grand des hasards, tu te souviendrais pas où t’aurais pu balancer mon t-shirt ? » Lui demanda-t-il en se retournant vers elle, un petit sourire sur le coin de ses lèvres. « Non pas que ça me dérange que tu veuilles à ce point me déshabiller, mais on peut pas dire que le chauffage soit la spécialité de Spinks ».

_________________

Mais je voudrais pas que tu te fasses de fausses idées non plus, j'ai pas l'intention d'te d'mander en mariage. Et même si, évidemment j'peux pas t'forcer à m'fréquenter, j'peux te d'mander d'me croire, quand j'te dis tout ce que je t'ai dis ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Love lights more fires than hate extinguishes. (tobias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love me now or hate me forever!
» Love me, hate Me [PV Aarhyel]
» I hate you, I love you ~ Gobb
» Hate et Love List
» Absolarion Love.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: le premier étage :: les chambres :: #103-