AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bad boys do it well

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

MessageSujet: Bad boys do it well   Jeu 29 Jan - 8:14

bad boys do it well

In the land of the gods and monsters, I was an angel living in the garden of evil Δ Lana Del Rey

J'étais ravis de savoir que ma chambre se situait au premier étage. En voyant la superficie de Spinks, je n'avais aucune envie de parcourir le château pour atteindre ma chambre qui se serait situé au tout dernier étage. C'était donc dans un soupir de soulagement que je poussais la neuvième porte du dortoir du premier étage. Il n'y avait encore personne avec moi si ce n'est mon chat, allongé sur l'un des deux lits. Mes trois valises se situaient au pied de ce dernier, l'une avec tout ce qui concernait le matériel scolaires et les deux autres pour romans personnels, habits, parfums et trucs du genre. Deux bureaux, deux lits, deux armoires, des murs vierges... J'espérais que mon camarade de chambre aie le goût de la décoration car cette chambre n'allait pas rester si impersonnel plus longtemps. J'ai fais le tour de l'espace dans lequel j'allais passer la plupart de mes nuits, me dirigeant vers le côté de la chambre réservé à mon futur camarade. J'observais l'une des valises fort reconnaissable puisqu'il s'agissait des couleurs de Dumstrang. Un léger sourire sur les lèvres je m'approcha du bureau pour soulever un livre et l'ouvrir. Rusko Yaxley était inscrit à l'encre sur la première page, je me suis d'abord demandé s'il s'agissait d'un sortilège ou d'une identité. Mais à en juger par la localisation de Dumstrang il devait certainement s'agir d'une appellation vus la sonorité russe. Soupirant je suis retournant vers mon côté, me laissant tomber en soupirant avant d'enlever mes chaussures italiennes. Dumstrang hein, ça devait être pas mal, un école pleine de mecs. Je n'avais rencontré que très peu de russes dans ma vie, mais le seul que j'avais rencontré m'a laissé un jugement très favorable sur ces hommes de l'est. J'espérais que mon camarade soit à la hauteur de l'image que j'avais conservai d'eux. Me redressant j'ai finis par ouvrir une première valises pour ranger mes habits dans l'armoire, après avoir ouvert cette dernière mon premier réflexe fut de lancer un sortilège d'amplificatum dans cette dernière et j'eus bien raison. Mes chemises, manteaux, capes, écharpes, cravates et tout le reste de mes vêtements rentrèrent de justesse. J'ai glissé la valise vide sous mon lit avant d'en ouvrir une seconde et ranger quelques manuels scolaire. J'ai sortit un photo mouvante sur laquelle figurait Cordélia et moi, méconnaissable alors que je n'avais que un an et quelques mois. Aucune photos de mon père, ou de ma mère pour la simple et bonne raison que je n'étais pas vraiment proches d'eux. J'ai glissé au fond du bureau quelques parfums et un paquet de cigarettes que j'avais réussi à camoufler de justesse. Je me demande si le paquet de Lucky Strike était réellement passé inaperçu, ou si l'administration se doutait des vices des élèves et était plus large que d'autres établissements scolaires. Quoi qu'il en soit j'étais ravis de conserver ce paquet et ceux que j'avais ramené : je devais faire le plein entre chaque vacances si je ne voulais pas me suicider. Après avoir finit de m'installer je me suis dirigé jusqu'à une fenêtre pour contempler la vaste étendue marine. Si je voulais fuguer, j'étais pas placé au meilleur endroit. Soupirant je suis retourné à mon bureau pour attraper mon paquet de clope ainsi qu'un zipo que mon père m'avait offert pour allumer le poison, me calant dans l’alcôve de la fenêtre et ouvrir cette dernière pour aérer au maximum en faisant des ronds se détruisant avec l'air.    
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Jeu 29 Jan - 10:00

  

Bad boys do it well. {Stephan} x {Rusko}
Le trajet avait été plus rapide que Rus’ aurait pensé. Il avait pu continuer ses croquis dans le transport, mais la fin du trajet se faisait quand même sentir. Son envie de fumer était assez grande, mais il put se retenir. De plus, la sorcière qui lui avait attribué une chambre était particulièrement cinglante, ce qui avait tôt fait de lui donner une mauvaise humeur. L’université était immense, comparée à Durmstrang.. ou probablement tout autre école. Les couloirs étaient longs et les étages hautes. Heureusement, il reçu une chambre au premier, ce qui faisait en sorte qu’il avait accès à pas mal tout. Il se dirigea alors vers cette fameuse chambre couplée avec un autre sorcier.  C’était quand même malheureux, Rus’ adorait sa solitude. Et il voyait dans le futur que la colocation n’allait pas être chose facile. Déjà habiter avec ses parents qu’y n’étaient là que dix pour-cent du temps était compliqué.. à temps plein, ça n’allait pas le faire. En plus d’être sa première année, il espérait au moins que son colocataire allait aussi être de même. Il n’aimait pas que les gens aient une longueur d’avance sur lui.

Il atteint finalement sa chambre, la chambre 109. Un chiffre qu’il allait arborer pour le restant de l’année. Il entra alors. Son compatriote avait l’air déjà installé. Rusko n’osait même pas lui parler, sincèrement, il n’en voyait pas l’utilité. Le petit appartement, si on pouvait appeler ceci un appartement était assez minimalisé. Une grande chambre -et grande est un ‘’grand’’ mot- orné de deux lits et une fenêtre. Rusko n’était quand même pas impoli. Il employa un simple « Salut », avec un mouvement de tête se voulant ‘’gentil’’. Il obliqua ensuite vers ses affaire et débuta le triage, ouvrit sa grande valise et rangea le tout. Le mec, quelque soit son nom, avait l’air plus vieux. -1. Et il fumait, -2. C’est une belle idée ça, pouvoir échanger autour d’une bonne clope? Bien sûr. Rus’ en raffolait.. ou pas.

Le rangement terminé, sous le regard incessant de son colocataire -qui disons le, dérangeait énormément Rus’, il se mit en indien sur son lit tout en sortant son cahier à dessin. Ne lançant aucun regard à ‘’l’autre’’. Il continua le dessin qu’il avait débuté plus tôt dans le train. Ses dessins était principalement des paysages. Quelques fois des corps indécis ne pouvant être identifié d’hommes ou de femmes. Rusko avait un certain talent et c’était la seule chose qu’il aimait de l’art en tant que tel; le dessin au crayon plomb. Il avait très envie d’une cigarette. Mais partager celle-ci en compagnie du raton, là-bas. Non merci. Il continua ses dessins.
Codée par Eques

_________________
TILL THE DARK SHINE
What a wicked game you played to make me feel this way. What a wicked thing to do to let me dream of you. What a wicked thing to say you never felt this way. What a wicked thing to do to make me dream of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Jeu 29 Jan - 11:10

bad boys do it well

In the land of the gods and monsters, I was an angel living in the garden of evil Δ Lana Del Rey

La bouche en rond, je m’efforçais de réussir mes figures circulaires avant qu'elles ne se fassent détruire par le vent froid. C'est à la moitié de ma cigarette que je me décidais à éclater la bille de menthe dans le mégot pour libérer un goût à la menthe qui me dégagea la gorge. Durant tout le trajet je m'étais retenu de fumer, pour certains le voyage fut rapide et d'autres terriblement long. Je faisais partit de ceux qui pendant le voyage aurait pu se prendre un bain moussant avec bougies et encens, me raser commencer puis terminer un roman tellement le temps me parut interminable. J'avais donc le droit de profiter de ma cigarette en évitant de m'endormir : je ne voulais pas chuter de la fenêtre. Je pris le temps de réfléchir plusieurs secondes en laissant les cendres voler au gré du vent. Pourquoi est ce que mon père a voulu que l'on vienne ici, laissant dernières toute notre vie. D'autant plus que la situation politique en Angleterre n'avait rien d'agréable... Je n'avais qu'une hâte à présent : terminer mes années d'études et retourner en Louisiane. Sur Jackson Avenue, il y avait une bâtisse abandonnée. Tante Cordélia m'affirma qu'il s'agissait autrefois d'un bordel de luxe, puis il devint un bar vintage avant d'être abandonné. J'avais la terrible envie de racheter l'endroit pour polir l'âge d'or des années vintage et faire de cet endroit un bar et un night club à l'atmosphère undergroud. Pour cela je devais terminer mes études à Spinks, bien loin de la chaleurs des bayous. C'est une chance que tante Délia nous avait elle aussi rejoins en Europe, j'aurais sans doute pété les plombs. Je n'étais pas quelqu'un de très empathique mais Délia fut la seule et unique figure maternelle avec qui je grandis, il était dure pour moi de me passer d'elle maintenant. C'est comme la clope : je fumais depuis mes treize ans, c'était dur d'arrêter aujourd'hui. Je sortis de ma rêverie lorsque la porte du dortoir grinça et s'ouvrit pour laisser rentrer un jeune homme. Non un beau gosse en fait. C'était don lui le russe avec qui j'allais passer le restant de mon années scolaire ? C'était parfait. Une belle vue comme celle ci n'est pas de refus. La position décontracté, j’esquissai un léger sourire en coin avant de me prendre un vent en pleine tête. Ce qui me fit perdre immédiatement mon sourire. Stephan, zéro. Sexy Russe, un. Bon niveau sociabilité on allait devoir revoir les bases. C'était peut-être un trait de caractère chez les russes, de paraître froid et distant mais croyez le je préférais nettement une personne décoincer du cul. Finalement, il daigna m'adresser un rapide salut accompagné d'un mouvement de la tête. Pour lui faire une légère impression, je le salua également, en russe. Délia parlait de nombreuses langues dont le russe. Je connaissais les bases de cette langue mais parlait couramment le français, l'italien et l'allemand. Je me débrouillais rapidement en russe et espagnol. Je l'observai attraper un carnet et s'asseoir sur son lit, poursuivant un dessin au crayon. Moi je restai scotchai à ma fenêtre en ne laissant rien paraître pour autant.  J'espérais juste qu'il fasse des efforts au niveau de l'entente car déjà maintenant un silence de mort s'installa entre nous et je n'avais aucune envie que ça continue ainsi durant une année entière. Jetant la cigarette entièrement consumée par la fenêtre, je quitta cette dernière, soupirant et attrapant mon emploi du temps que j'avais scotché sur l’armoire, réfléchissant plusieurs secondes sans rompre le silence avant de me retourner vers mon camarade, hésitant quelques secondes « Je vais aller visiter l'endroit, pour repérer plus facilement où est ce que je pourrais aller fumer en cachette et me cacher avec une bouteille ou deux d'alcool. Tu veux venir ? » je lui laissais la possibilité de m'accompagner, je ne lui expliquai pas tout simplement ce que j'allais faire comme si j'étais son père et que j'allais revenir rapidement sans le laisser seul trop longtemps. J'espérais que mon côté pétillant et pour le moins anti-conformiste le pousse à faire d'avantage connaissance avec moi, car me connaissant si nous restions à ce point là dans notre potentiel relation, nous n'allions pas tarder à nous frapper l'un sur l'autre, du moins ça sera mon cas car ce genre de gars me gonfle plus qu'autre chose et un rien chez moi peut me faire péter un câble et en venir rapidement aux mains.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Jeu 29 Jan - 16:59

  

Bad boys do it well. {Stephan} x {Rusko}
Il prononça un mot. Une langue quelconque, probablement d’un truc provenant de l’Europe de l’est. Ce ne serait pas la première fois que ça lui arrive, le nom de Rusko sonne très ukrainien, voir russe. Cette mégarde le fit sourire, intérieurement. De ce fait, il n’avait aucune idée de ce que ce garçon venait de dire. N’empêche, Rusko ne se déconcentrait pas de son cahier.

Puis vint le moment où le mec tenta de faire une interaction. Rusko l’avait vu venir à mille-à-l’heure. Ce n’était pas la première fois que quelqu’un tentait d’entrer dans sa bulle et le garçon était très loin de la subtilité; l’air songeur, qui hésite. Avant de demander sa fameuse question, il avait déjà deviné ses intentions. Les petites détails sont infaillibles. De ce fait, le garçon qui n’a pas encore de nom, invita Rus’ a aller découvrir un endroit ou aller boire en cachette. L’idée ne plaisait guère à Rus’. Premièrement, parce que comme l’avait si bien démontré ‘’Embêteur’’ - appelons le ainsi -, on pouvait fumer de la fenêtre, qui serait assez con pour risquer de se faire choper? Même chose pour l’alcool. Rus’ ne daigna donc même pas de lever la tête et répondit un simple « Non », léger. Un silence s’ensuivit, un silence assez malaisant auquel Rus’ s’était habituer durant sa vie.

Puis vint à l’esprit de Rusko une seule chose. Comment avait-il réussir à faire entrer une, voir deux bouteilles d’alcool dans l’établissement. C’était prohibé, tout comme les cigarettes. Rusko lui, les avaient cachées dans son gilet, juste pour être sûr. Il se posait donc sérieusement la question, et décida finalement de tenter le diable. La curiosité l’emporte sur la solitude. Juste avant que Embêteur n’ait le temps de dire quoi que ce soit, Rus’ répliqua; « Comment as-tu pu faire entrer tout ça? », tout en restant plongé dans son cahier, arborant un air blasé. L’idée de l’alcool lui plaisait assez. Il avait l’habitude de boire chez lui. Allant chercher dans la gigantesque réserve de son père; un verre de cognac, tout en dessinant. Ça le concentrait et même l’inspiration venait plus rapidement. Un verre, avec de la glace, comme les mafieux qu’on voit dans les films. Ça pourrait surement l’encourager à faire l’effort de ‘’socialiser’’. Juste penser à ce mot lui donne la nausée. Les gens ne l’intéresse pas. Leurs pensées, leurs valeurs, leurs moeurs, leur opinion sur la politique, sur les moldus ou sur la couleur verte, il s’en fout. S’il y aurait un mot plus imposant que fou pour définir son absentéisme de ‘’caring’’ comme on le dit si bien, nous les anglais. Pendant que Mr. Je Veux Socialiser raconte sa brillante aventure, Rus’ se leva pour s’allumer une clope. La tentation était trop grande.

Codée par Eques

_________________
TILL THE DARK SHINE
What a wicked game you played to make me feel this way. What a wicked thing to do to let me dream of you. What a wicked thing to say you never felt this way. What a wicked thing to do to make me dream of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Ven 30 Jan - 1:23

bad boys do it well

In the land of the gods and monsters, I was an angel living in the garden of evil Δ Lana Del Rey

Ma tentative pour essayer d'établir un dialogue dans la supposée langue naturelle de mon camarade dépressif se révéla être un échec. La seconde pire, il se contenta de relâcher un vulgaire non sans daigner m'adresser un regard. Mais c'est qui ce gars ? Il vient d'où... Je n'éprouvais pas le besoin d'avoir d'amis, j'avais seulement besoin de compagnie, de personnes atour de moi. Il pouvait au moins faire un effort même s'il ne voulait pas qu'on soit les nouveaux meilleurs amis du monde. Je levais les yeux au ciel en ouvrant l'armoire, attrapant une écharpe avant d'ouvrir la porte et être à deux doigts de la refermer en quittant la chambre neuf du premier étage si seulement le bronzé n'éleva pas la voix. Bizarrement, sa voix était en désaccord avec son physique : il était assez musclé et plutôt bâtit, avec une mâchoire carré et une peau sans imperfection. Et sa voix était plus douce même si elle conservait une certaine virilité. Moi, je ne cacha pas un sourire sur mes lèvres étant caché par la porte, je pouvais fort bien savourer ma tentative qui avait des chances de marcher. Lorsque j'ai refermé la porte, restant dans la chambre, mon sourire avait disparu pour laisser place à une mimique banale, presque désintéressée « Un simple Reducto a permit de faire passer les bouteilles dans mes poches, d'une taille à peu près similaire à celle d'une pièce de monnaie. » cette fois ci j'osais afficher un sourire fière en indiquant la troisième valise au pied de mon lit « Ça sera la réserve personnelle, hors de question que je fasse la distribution pour tout le dortoir... » je l'observais s'allumer une clope. Un point commun, un. « Et si on s'entend bien je pourrais peut-être partager. » Une fois mes explications terminées, je me décidai à quitter la chambre avant d'oser un dernier regard au beau bronzé « Moi c'est Stephan, au fait. » et je quittais la chambre en la fermant derrière moi, inutile d'attendre qu'il ne décline son identité pour la simple et bonne raisons que je le connaissais déjà, ayant fouillé dans le livre posé sur sa table de chevet avant son entrée.

J'ai fais le tour de Spinks, croisant plusieurs élèves -filles et garçons- qui m'adressèrent certains sourires. A certains je faisais lui ne remarquant rien, à d'autres je renvoyais un sourire en coin non sans arrières pensées, d'avantage pour les gars bien entendu. J'ai visité le premier étage avant de m'aventurer au second et redescendre. Rien de bien fameux : l'université était un peu trop austère à mon goût. J'ai finis par quitter l'enceinte pour marcher dehors, refermant mon manteau et resserrant mon écharpe ornée du blason de Salem. Soudainement, mon ancienne école me manqua terriblement. Même si l'extérieur du château était dans la même ligne d'atmosphère, c'était sans doute l'endroit que je préférais. Des serres, des arbres aux troncs et branches tortueux, la landes se courbant sous le vent, la plage... ça restait tout de même le décor typique du télé film où le héro ou l'héroïne se rend en pleine dépression, marchant sur la plage. Soupirant je suis retourné au château en faisant un rapide détour à la bibliothèque, l'idée de retourner dans ma chambre avec un camarade aussi joyeux qu'une pierre tombale m'emballait guère. J'ai commencé à lire un bouquin traitant des soins aux créatures magiques même si j'étais d'avantage attentif aux commérages que j'entendis à la table derrière moi. Pour résumé : des personnalités célèbre dans l'école, des figures représentative de l'histoire du Royaume-Uni magique et des noms qui m'étaient pour la plupart inconnu : Potter, Weasley, Black, Olivander, Yaxley... Yaxley. J'ai soudainement redressé la tête, désireux d'en savoir plus et même si les deux nanas ne sont pas restés plus longtemps, elles ont dit certaines choses qui laissait penser que ce fameux Yaxley était mignon mais n'appartenait malheureusement pas au bon côté de la barque. Je fronçai les sourcils, finalement, les choses allaient peut-être devenir intéressantes. Avant de retourner dans ma chambre j'ai fumé une cigarette, ce qui me valut une averse et je retournai dans ma chambre trempé de la tête aux pieds en jurant. J'ai jeté mon écharpe dans un coin et suspendu mon manteau près d'un chauffage avant d'envoyer valser mes chaussures italiennes, bousillées « Y'a pas à dire, le climat de Salem est bien meilleur que cette foutue Angleterre... » je me redressais après avoir enlevé mon jean et commençai à déboutonner ma chemise pour finir en boxer « Tu viens d'où toi ? » je me dirigeai vers mon armoire pour enfiler un t-shirt trop grand et un short, me jetant sur mon lit en bougeant encore une fois mon chat. J'allais attendre un peu avant d'aborder le sujet important...
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Ven 30 Jan - 8:08

  

Bad boys do it well. {Stephan} x {Rusko}
Reducto. Logique. Rusko s’haïssait quand il ne pensait pas aux choses simples. Et il haïssait encore plus quand quelqu’un lui remettait sous le nez. Rus’ grondait intérieurement. Il prit une dernière puff de sa cigarette et la jeta par la fenêtre. Le camarade de chambre quitta donc la pièce en se présentant. Stephan. Ah bon. Rus’ retourna dans ses dessins. Il était en train de dessiner un marécage. Tout était très foncé, très sombre. Quelques être vivants se présentaient mais le dessin s’inspirant de la mort, c’était morbide. Puis Rus’ repensa à l’alcool. Hm. Il se leva, dégaina sa baguette et prononça; « Accio Alcool ». Les bouteilles arrivèrent tous dans sa direction, elles étaient petites donc il n’y avait rien a craindre. De plus, Steph avait du goût. ‘’Hennessy: Very Special’’. Il sortit ensuite un verre de ses affaires. Bah oui, tout le monde amène un contenant en verre, ornés de motifs, dans une université, comme bagage. Il chercha un peu dans sa tête pour trouver le sort des glaçons, oui il y a un sort pour créer des glaçons. En fait, il y a un sort pour à peu près tout. Seulement, les gens ne prennent pas la peine de les apprendre ou de les lires. C’est ça passer au dessus de deux milles heures dans un bibliothèque, tu apprends tellement de choses que personne ne connait, des fois ça en est frustrant.

« Duo Glaciem Cubicae ». Deux petits glaçons arrivèrent tout magiquement dans le verre. Il fit le sort réversible de Reducto et en versa dans son verre. Goûta. Un certain soulagement se fit sentir. Pour lui, boire, ce n’était pas réellement quelque chose pour faire la fête, c’est plus un soulagement. Une boisson pour se calmer. Il finit donc son ‘’drink’’ et alla terminer son dessin. Stephan n’était toujours pas revenu et la fatigue se faisait sentir. Il décida donc de se coucher. Il se déshabilla et fila au lit.

Lorsque l’infaillible se fit. Mr.Je sais que faire du bruit lorsque quelqu’un dort, entre. Putain. Rus’ se mit en position assise, souffrant encore du réveil brutal. Le mec jurait, il était trempé, le plus important de tout, il faisait du bruit. Il divergea vers le foyer pour se réchauffer tout en lançant une remarque cinglante envers l’Angleterre. Salem? C’est pas les vieilles sorcières maigrichonnes vieux-jeu ça? Osef. Le mec se déshabilla pour finir dans le même état que Rus’. En boxer. La seule chose, c’est que moi au moins, lui, il était dans saa couette.

Et comme si ne rien n’était, il décida de redevenir Mr. Socialisation.

« Je viens d’ici. Mais je suis né en Albanie. Par erreur. », répondit Rusko avant de se retourner dans ses couvertures, face au mur. Espérant que la conversation n’aille pa plus loin.

Codée par Eques

_________________
TILL THE DARK SHINE
What a wicked game you played to make me feel this way. What a wicked thing to do to let me dream of you. What a wicked thing to say you never felt this way. What a wicked thing to do to make me dream of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Ven 30 Jan - 11:35

bad boys do it well

In the land of the gods and monsters, I was an angel living in the garden of evil Δ Lana Del Rey

Cette fois ci j'ai finis par comprendre que le dénommé Rusko n'en avait clairement rien à foutre d'être pote avec moi, ou pas. Très bien, dans le pire des cas il y aura bien un gars mignon avec qui je partagerais le lit quelque part dans une des nombreuses chambres. Après avoir enfilé un t-shirt pour me mettre à l'aise je me suis laissé tombé sur mon lit, sentant les nerfs me montaient peu à peu à chaque fois que Rusko s'exprimait sans cacher son absence d'envie d'apprendre à me connaître. Il n'était pas du genre sociable, je n'imagine même pas si je commençais à le draguer. Préférant éviter tout ennuis j'ai failli partir sous ma couette en lisant un roman, la musique dans les oreilles si je n'avais pas remarqué une de mes bouteilles hors de ma valise ainsi qu'un verre avec deux glaçon fondus. Relâchant un rire plus offusqué qu'autre chose je m'approchais du chevet de mon camarade en attrapant la bouteille, la dévisageant avant d'observer l'autre sorcier. Je me retenais de lui fracasser le crâne avec la bouteille en ce moment même « Tu sais, c'est pas parce que t'as un balais dans ton cul ou que la partie amicale de ton cerveau a été finit à la pisse que tu dois te permettre de faire comme si tout été à toi. » je n'ajoutais pas grand chose avant de baisser la bouteille sur la couette de mon camarade et verser tout le contenu sur lui « Tu vois ! Si tu voulais de l'alcool il suffisait de demander, Albanie ! » les dents serrées je tournais les talons avant d'enfiler une simple cape, attraper mes clopes et ma baguette, jurant en français. Une manie que j'avais prise à force de côtoyer les habitants du Vieux Carré en Nouvelle-Orléans. J'ignorais ce que le brun allait faire pour se venger mais je me doutais que ça n'allait pas être très beau à voir... Il faisait presque nuit lorsque je suis ressorti des dortoirs, il pleuvait encore et j'ai grimpé jusqu'en haut d'une des tours pour voir la pluie tomber sur la mer, rabaissant la capuche sur ma tête en soupirant, m'allumant une cigarette. Si tante Délia avait été avec moi, elle m'aurait poussé à aller jusqu'à la direction pour signaler un transport d'alcool de la part de mon camarade. L'idée me fit doucement sourire, elle était âgée et avait le savoir du temps mais quand cela me concernait, elle pouvait agir comme une véritable ordure. Elle était prête à tout pour moi, même à mettre en faute des innocents. C'était une chance que je l'avais elle, je partais du sens qu'elle m'avait donné des notions d'humanités et quand on voit le connard que je suis, je n'ose imaginer qui j'aurais été sans ce peu d'éducation. Enfin bref, à l'aide de ma baguette j'ai suspendu en l'air les cendres pour former un rond et souffler progressivement la fumée entre cette figure géométrique. Je ne me suis pas limité à une clope, j'en ai fumé trois avant de daigner lever mon cul pour bouger, continuant de parcourir les murs de Spinks avec un lumos au bout de ma baguette, traînant des pieds avec nonchalance sans trop savoir quoi faire. N'importe quoi, mais pas me prendre la tête avec Albanie.

Après avoir fait le tour de l'université bien lentement, il faisait nuit lorsque je suis retourné jusqu'au dortoir, toujours enroulé de la tête au pieds dans ma cape noire. A proximité de ma chambre, j'ai annulé le charme de la lumière en m'arrêtant quelques secondes devant la porte en bois. La lumière filtrait par le seuil, super. Je pris mon courage à demain et finit pour bouger la poignet pour pénétrer dans la chambre numéro neuf.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Ven 30 Jan - 12:32

  

Bad boys do it well. {Stephan} x {Rusko}
Quoi de mieux qu’une bonne douche de cognac. Le mec avait littéralement pété un plomb. Et quand on dit pété un plomb, on parle d’un plomb de la grandeur de l’everest. La colère de Rusko fit trois tours. Juste cet acte était digne de la destruction complète de Spinks, signé Rusko Yaxley.

Quoi qu’il n’avait aucune envie de se faire mettre au bûcher par la nation complète d’Angleterre. Sans qu’il est pu dire quoi que ce soit, Stephan quitta la pièce. Enragé, Rusko quitta lui aussi. Il fila dehors, et pour se défouler lança des sorts par-ci, par là. « Stupefix », sur un arbre par-ci. « Incendio », sur un arbuste par-là. « Wingardium Leviosa », sur une roche plus ou moins grande, et d’un grand - trop grand - coup de baguette, envoya valser la roche vers l’enceinte de l’Université. Un craquement de verre se fit entendre. Il déversait sa rage sur tout ce qu’il trouvait, même une fenêtre d’un jeune malheureux. Il faisait sombre et il pleuvait, il n’allait pas se faire repérer. La majorité de sa rage maintenant envolée, il rentra finalement. Lorsqu’il entra, il faisait sombre, il était seul. Parfait.

« Ad Minium », lança-t’il pour rendre sec son matelas, et lui même. Il y avait des sorts moins rares pour faire le boulot, mais ce fut le premier qui lui vint à l’esprit. Ensuite, il pensa quelques minutes pour trouver qu’est-ce qu’il ferait pour se venger. Ces pensées fut assez brèves, il avait trouvé son idée. Il alla donc chercher rapidement dans un des livres qu’il avait ramené. Quelque minutes plus tard il avait trouvé ce qu’il cherchait. Il installa donc une sorte de piège à l’entrée de la porte, puis alla s’installer à la fenêtre, en fumant une clope. Rusko appréciait toujours les petits moments de détente. Surtout qu’en ce moment, il était plus qu’énervé. Stephan entra direct quand Rusko lança sa clope par la fenêtre. Le pauvre ouvrit la porte et directement quand celle-ci fut refermée, ses pieds collèrent au plafond, comme des ventouses - de très puissantes ventouses -. « Expelliarmus » fit valser la baguette de la victime jusqu’à sa main. Puis un « Silencio » le rendit muet.

« Lumos Solem », prononça finalement Rus’ pour illuminer toute la pièce. Le regard de cette scène était assez comique, ce qui lui effleura un léger sourire. Sourire était un acte rare provenant du jeune Yaxley. « Je crois qu’on va devoir établir certains trucs. Tu veux socialiser? On va socialiser. », dit-il d’un ton dur. Il s’assied sur son matelas maintenant sèche. « Je suis pas du genre à causer, et encore moins avec des sang-de-bourbe. Ensuite, j’aime pas la compagnie, et je suis aussi emballé que toi que de devoir habiter avec toi, et moi avec toi. Ce qui équivaut à moins que rien. », il fit une pause. « Finalement, tu as de la chance que je ne t’ai pas retrouvé pour t’éclater la tête avec tous les sorts possibles. Tu veux parler? On va parler, mais c’est ta seule chance. Tu as une heure de mon temps, et après tu me laisses tranquille pour l’année. C’est bien? Ton caprice de communication va être enfin comblé et on pourra peut-être réussir à co-habiter sans s’entre-tuer. Je te jure que je n’ai pas froid dans le dos à ce niveau. ».

Il fit un tour de la petite pièce, puis prononça un dernière parole. « Je vais te rendre ta voix. Si tu fais quoi que ce soit, je te jure que ça se passera pas bien. ». Rusko enleva alors le charme de silence et se re-assied sur le lit, attendant la réaction - probablement hardcore - de Stephan.
Codée par Eques

_________________
TILL THE DARK SHINE
What a wicked game you played to make me feel this way. What a wicked thing to do to let me dream of you. What a wicked thing to say you never felt this way. What a wicked thing to do to make me dream of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Ven 30 Jan - 13:29

bad boys do it well

In the land of the gods and monsters, I was an angel living in the garden of evil Δ Lana Del Rey

Je me suis attendu à tout : un violent coup de poing dans la gueule, toutes les pages de mon livres déchirées et placardées sur les mur même mon char éventré et pendu dans mon armoire. La première sensation fut désagréable mais adorant les attractions à sensation, je pris cela à la rigolade pendant une demi seconde. En revanche, lorsque j’entendis un expeliarmus et ma baguette me glisser des doigts, je me sentis carrément en position de soumission, pire : en danger. C'était une chose de montrer qui était le plus fort, s'en était une autre de paraître agressif. Je comprenais mieux les commérages des deux sorcières dans la bibliothèque que j'avais entendu plus tôt dans la journée. La chambre s'illumina et, suspendu au plafond, j'écoutais les paroles de l'autre tête de nœud dans l'incapacité d'ouvrir la bouche pour former le moindre son. Le type lançait plus de sorts qu'il ne parlait anglais. Lorsqu'il délia ma bouche après avoir finit le plus long discours de sa vie, je resta vexé et surpris pendant quelques secondes avant de rigoler et manque de m’étouffer. Ma cape avait glissé au sol et mon t-shirt, trop grand, rejoins le sol à son tour. Les mains derrière la nuque, je commença par forcer pour exécuter des pompes dans cette position fort excentrique pour du sport. Après quelques minutes je m'arrêta avant d'ouvrir la bouche « J'espère ne pas avoir perdu trop de minutes de l'heure que tu m'accordes... En revanche va falloir m’éclairer un peu : t'es qui toi ? Une star qui a fait une télé-réalité anglais bidon pour ado compliqué ? Parce que sache que c'est moi qui accorde du temps aux autres, pas le contraire et en général je le fais avec un gars susceptible de me pomper la bite et maintenant tu vas m'écouter Albanie... » A ce moment là je souris doucement avant de poursuivre « J'en ai rien à foutre du putain d'Ordre du Phénix, de l'Armée de Dumboldure, des Mangemorts ou de je ne sais quelle autre putain d'organisations, je débarque d'un autre continent et cette putain de partie de l'Europe craint vraiment donc j'essaie de me familiariser avec l’entourage de cette putain d'université. J'ai peur pour ma réserve de clopes, je suis frustré sexuellement et la seule personne pour qui j'éprouve un peu de sentiments me manque donc j'ai besoin d'une putain de stabilité alors arrête de suite ton petit jeu de russe, turque ou je ne sais quel autre type de l'est, au sang chaud et si tu veux régler un truc fais moi descendre et frappe moi sur la gueule au lieu de te protéger avec des sortilèges de niveau aussi bas ! » Un coup de main rapide, j'ai réussi à diriger ma baguette jusqu'à mes doigts. La capacité des sorts sans baguette, un truc que Délia m'a apprit avec le temps. Bon, je ne maîtrise pas du tout mais j'arrive à défaire certains petits trucs. Un coup de baguette pour déplacer mon lit juste en dessous de moi et j'ai pus me décoller pour retomber au sol, en boxer en désarmant à mon tour Rusko « Ça fait quoi de se sentir impuissant, hein ? » je jetai à mon tour ma baguette plus loin, je n'avais nullement besoin de magie pour me faire respecter. Attrapant l'Albanais par les épaules, je le plaquais contre le mur plus loin en ayant mon visage proche du sien, l'air féroce « Ça serait dommage d’abîmer ta belle gueule et j'ai pas envie de te frapper le torse : sentir un gars comme moi te toucher pourrait t'exciter. » un mouvement de sourcil pervers, je relâchais le sorcier en reculant sans le lâcher du regard, me recoiffant ; soupirant en le regardant, les mains sur les hanches « Moi qui pensait qu'on jouerait dans la même catégorie toi et moi... » haussant les épaules, j'ai soupiré en rajustant mon lit et enlever mon boxer pour me retrouver nu et passer sous la couette « On se revoit demain en cours de potions Albanie. » puis j'ai fermé les yeux, me calant contre mon oreiller sans porter une minute supplémentaire à mon terrible camarade.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Lun 2 Fév - 12:10

  

Bad boys do it well. {Stephan} x {Rusko}
La réaction de Stephan fut assez hardcore, comme mentionné plus haut. Le mec réussit à se défaire de l’emprise du sort, et en plus de bousculer Rusko, il l’insulta. Quoi qu’il en soit, Rus’ était un peu déstabilisé. Jamais personne ne s’était mit contre lui, jamais personne ne lui avait tenu tête, encore moins aussi brusquement. D’un autre côté, il était très en colère. Ce fameux Stephan ne faisait que se pavaner en faisant des pompes ou en faisant ses grands airs. Quoi qu’il en soit, la réaction de Rusko fut étonnante.

Rien.

Rusko ne fit rien. Aucune parole, aucun cri, aucune rage. Rien. Il fit comme Stephan. donc se déshabilla et se coucha. Ses pensées étaient assez bouleversées. Les gens avaient peur de lui à l’habitude, personne n’osaient l’approcher, l’interrompre, se moquer de lui ou l’insulter. Quiconque osait le faire, s’attirait ses foudres, qui n’étaient pas réellement amusantes. Jamais il n’avait laisser quelqu’un le mener ou lui marcher, jamais avant aujourd’hui. Quelque chose l’avait restreint, une force autre. Comme si quelqu’un lui avait mit un stop sur la bouche et ses émotions. Quoi qu’il en soit, c’était sur ces pensées qu’il s’endormit.

Rusko souffrait de somnambulisme lorsqu’il avait environ cinq ans. Ses parents le retrouvaient quelque fois dehors, sur la pelouse, assit en indien en regardant le vide. D’autres fois il ouvrait le frigo et commençait a pleurer. Vers ses sept ans, ça avait cesser. C’était la première fois depuis plusieurs années qu’il était somnambule. Cette soirée-là, il se leva simplement de son lit et rejoignit Stephan, aussi bizarre soit-il. ll se positionna derrière lui en cuillère, et colla son torse. Il se rendormit aussitôt. La scène était quand même mignonne à regarder.

Le stade de somnambulisme de Rus’ était quand même étrange. Il était réveillé, il agissait et parlait comme s’il était réveillé, mais il ne l’était pas réellement. C’est ce pourquoi, toute la nuit, il réchauffa son colocataire. Ils étaient tous les deux blottis contre l’autre, ils s’apaisaient. Puis, aux petites heures du matin, le somnambule retourna dans son lit.

L’albanais se réveilla juste avant son compatriote. Il termina son dessin et s’alluma une clope. Quoi de mieux qu’un beau bâton de cancer pour débuter un matin suivant une soirée ‘’difficile’’.
Codée par Eques

_________________
TILL THE DARK SHINE
What a wicked game you played to make me feel this way. What a wicked thing to do to let me dream of you. What a wicked thing to say you never felt this way. What a wicked thing to do to make me dream of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Mar 3 Fév - 9:36

bad boys do it well

In the land of the gods and monsters, I was an angel living in the garden of evil Δ Lana Del Rey

La soirée aurait pu se terminer ainsi. Après avoir mis les points sur les i avec mon camarade, ce dernier ne rajouta pas la moindre syllabes pour sa défense. Il était peut-être habitué à ce que les gens se plient devant lui à la simple évocation de son nom, comme les deux nanas de la bibliothèque ? Manque de chance pour lui, je ne venais pas d'Europe et son patronyme me disait autant de chose qu'un vagin, à savoir pas grand chose. J'ai recouvert mon corps de la couverture dont disposait le lit, m'allongeant sur le côté avec une main sous l'oreiller et l'autre contre ma joue. Je fermai déjà les yeux sans prendre le temps de réfléchir d'avantage. Je me laissais tout doucement emporter dans les bras de Morphée, rythme par de douces chimères sulfureuses qui me firent tortiller dans mon lit. Je ne me serais pas rendu compte que je souriais si je ne m'étais pas réveillé. Et si je ne m'étais pas réveillé je ne me serais pas rendu compte que mon rêve était d'avantage réel que de simples images dans ma tête, mais d'avantage fait d'os et de chair, de sang et de chaleur qui se collait à moi. Je pourrais sentir l'intégralité d'un corps musclé dans mon dos, contre mon fessier et sur mes jambes. En réalisant la chose, je me suis carrément réveillé sans fermer l’œil jusqu'à ce que Rusko ne se dégage de mon corps. J'osais à peine respirer même pour être franc. Lorsqu'il retourna dans son lit j'avais encore du mal à comprendre ce qui se passait autour de moi. J'ai eu sérieusement du mal à me rendormir, ayant encore l'odeur de l'albanais dans mes draps et la sensation de son corps chaud contre le mien. Tant bien que mal je me suis situé entre quelque chose entre le sommeil et la réalité jusqu'à ce que le vibreur de mon téléphone sous mon oreiller me réveil. Lorsque je me suis quillé dans mon lit, la tête littéralement dans le cul j'avais presque oublié ce qui c'était passé. Jusqu'à ce que je ne vois le sorcier fumer une cigarette, je l'ai regardé quelques secondes, l'air déconnecté avant de poser mes pieds sur le sol tiède, me massant le crâne. Je me suis décidé à me relever sans adresser la moindre phrase à celui qui risquait de devenir mon rival mais n'en pensait pas moins à lui : à quoi il jouait ? Mieux : étai-ce intentionnel ? Le somnambulisme ? Je sais pas trop... Je me suis contenté d'attraper une serviette avant d'être complètement nu complètement, cachant mon entre jambe avec la serviette pour aller prendre une douche chaude dans la salle de bain commune. Quand je suis retourné dans la chambre je me suis mis sur mon trente-et-un avec un jean bleu délavé ainsi qu'un t-shirt définitivement trop serré dont les muscles menaçaient de déchirer le tissus. Une veste en cuir au col en fourrure grise, ouverte, j'ai attrapé mon sac de cours ainsi que le stricte nécessaire avant de me rendre au cours de potions, mon premier cours de l'année. Aucun au rvoir à Rusko, je pensais suffisamment à lui dans mon esprit pour lui accorder la moindre importance physique. En chemin je me suis arrêté fumer une cigarette, la fumant rapidement et seulement à moitié pour ne pas arriver en retard dans le cours et c'est avec une légère déception que je me rendis compte que Rusko faisait partit des élèves. Nous avions immédiatement commencé le cours en commençant par feuilleter notre manuel. Mon intérêt se bloqua à la page cente treize. Le veritaserum. Pendant un moment j'ai voulu tenter l'expérience, en ingurgiter pour prouver ce qui c'était passé la nuit précédente dans l'incapacité de mentir pour scotcher -encore- le sorcier. Mais le temps de préparation étais de un mois et je n'avais nullement le désir de passer un mois sur une putain de potion dans un but qui n'aura plus d'utilité dans trente jours. A la fin du cours, j'étais décidé à mettre mon plan en œuvre. Je me suis de suite dirigé jusqu'à l’infirmerie, feignant un terrible mal au ventre et lorsque la pauvre femme s'éloigna pour chercher je ne sais quoi, j'ai fouillé dans les tiroir pour ressortir avec une pipette. Je suis retourné à la salle de potion -fermée à cette heure ci et après une rapide vérification des lieux j'ai lancé un sort pour déverrouiller la porte et pénétrer dans la salle de cours. Durant l'heure précédente j'avais en effet pris le temps de repérer une armoire que le professeur ouvrait et refermait assez souvent. Je me suis automatiquement dirigé vers celle ci. Ouverte. C'était presque trop beau pour être vrai. Sur la dernière étagère trônaient une mallette avec une multitude de fioles. C'est une petite fiole au bouchon de liège dont le liquide était transparent qui portait le nom de véritaserum. J'ai ouvert la fiole avant de sortir la pipette et en prendre le stricte minimum indiqué dans le manuel à savoir trois gouttes. Remballant la pipette dans un mouchoir, j'ai tout remis en place avant de quitter les lieux.

Lorsque j'ai revus Rusko, c'était au réfectoire. Il mangeait, seul, et d'un pas je me suis décidé à aller jusqu'à lui posant brutalement mon sac près de lui ce qui fit trembler son verre d'eau. Lorsqu'il releva la tête pour voir à qui il avait affaire -quoi que mon parfum m'avait peut-être déjà trahie- je lui afficha mon plus beau sourire et ouvrit la bouche d'un ton enjoué « Salut ! Ça va ? Je peux m'incruster ? Merci t'es trop mignon. » m'installant sur le banc en face de lui, je pris son verre d'eau et tira la pipette de mon manteau long pour faire couler les quelques gouttes de la potion au niveau avancée. Si tôt fait j'attrapai le verre pour en boire deux grosses gorgées, avant de reprendre, regardant droit dans les yeux au brun mate de peau « Demande moi ce qui c'est passé cette nuit. » dis je le ton cassant presque autoritaire sans détourner le regard.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Mer 4 Fév - 21:05

  

Bad boys do it well. {Stephan} x {Rusko}
Le colocataire avait un air tourmenté. Mais Rusko n’en fit rien. Il termina sa cigarette et commença à préparer ses choses pour son premier cours, celui de potions. Après un moment, Stephan quitta la pièce sans un regard, ni même un salut. Ça ne l’étonnait pas. Avec ce qui était arrivé hier, ça allait probablement prendre plusieurs siècles avant qu’un ou l’autre ne dise un mot, et ça convenait très bien à l’albanais. Ce fut à son tour maintenant de quitter la pièce pour aller aux bains. Comme toujours, Rusko adorait les petits moments relaxant, comme prendre un bain, ou fumer une cigarette. C’est pourquoi il savourait chaque instant de cette eau chaude. Quoi qu’il en soit, il allait être en retard s’il ne se grouillait pas. Il retourna donc à la chambre déserte pour s’habiller. La différence entre Durmstrang et Spinks, c’est qu’ici, les élèves n’étaient restreints à aucun uniforme, il pouvait donc mettre ce qu’il voulait. Un pull rouge et noir ferait l’affaire.

La promenade vers le cours de potion fut assez tumultueuse. Peu de lumière et énormément de passages et chemin, il n’était pas facile de s’y retrouver. N’empêche, il arriva à temps. La classe était assez vide, quinze élèves gros maximum. C’était donc d’une certaine malchance que Stephan soit là. En plus, il était en quatrième année.. « What the fuck? », pensa-t’il. Il s’assied donc plus loin et le cours débuta. Un cours long, et chiant, exactement comment Rusko les aimes. Les potions était quelque chose qui l’intéressait énormément, surement parce que tout ce qui touche la création et la magie, ou les sorts, Rusko en était fan. La fin du cours sonna, et Rusko avait assez faim. Il divergea donc vers le réfectoire et se prit une sandwich au steak, avec des chips. Le tout accompagné d’un verre d’eau. Rusko n’était pas fan des jus, des thés, des bières ou des cafés. Mis-à-part les alcools fort, il se restreignait toujours à l’eau. C’était pur, simple et santé.

Finalement, comme si le malheur s’abattait toujours sur lui, un cher ami vint le rejoindre. Le sac de Stephan s’écrasant à ses côtés, puis celui-ci s’installant en face de lui. « Salut ! Ça va ? Je peux m'incruster ? Merci t'es trop mignon. », dit-il. Rusko n’avait rien pu dire, et c’était probablement le but. D’un coup, son verre fut prit en otage et le mec y versa un liquide à l’intérieur. À en voir la texture et la couleur, il devina que c’était du véritaserum. Stephan but le verre d’un trait, enfin, le trois quart du verre.

Agacé, Rusko s’apprêtait à se fâcher. C’était quand même son verre d’eau. Et à quoi ce mec jouait? Il voulait à tous prix le faire chier? Mais Stephan devança la colère de Rusko en lui demandant ce qu’il c’était passé la veille. « T’as besoin d’un veritasérum pour savoir qu’on s’est gueulés dessus? Mais t’es taré. Putain. »

Rus’ n’avait même plus faim. Seulement avoir la vue de cet abruti lui coupait la faim. Il prit ses affaire et quitta le réfectoire. Il divergea ensuite vers la cour et s’alluma une clope. Des pas le rejoignit aussitôt. C’était -encore- Stephan. Genre, si ce mec allait le lâcher un jour. « Qu’es-ce que t’as? À me suivre comme ça, on dirait que t’es obsédé. Allez lâche-moi va-t’en. »
Codée par Eques

_________________
TILL THE DARK SHINE
What a wicked game you played to make me feel this way. What a wicked thing to do to let me dream of you. What a wicked thing to say you never felt this way. What a wicked thing to do to make me dream of you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

MessageSujet: Re: Bad boys do it well   Jeu 5 Fév - 14:03

bad boys do it well

In the land of the gods and monsters, I was an angel living in the garden of evil Δ Lana Del Rey

Je n'avais pas pour principale habitude de courir après les garçons. Non, en général c'est eux qui couraient après moi et je décidais si oui ou non je les laissais continuer la course. S'ils continuaient c'est qu'ils ne me faisaient ni chaud ni froid mais je prend tout de même plaisir à les voir galérer. Avec Rusko je savais que jamais ô grand jamais nous arriverions à trouver un terrain d'entente pour la simple et bonne raison que la première impression que je me fais des gens est toujours définitive. Je venais d'ingurgiter le verre d'eau contenant les goutte de veritaserum avant que l'albanais ne décamper. J'ai attendu plusieurs secondes avant de repartir à la poursuite du sorcier, observant le verre d'eau contenant la potions et me rendit alors compte qu'il pouvait tout à fait utiliser les effets de la potion à son avantage. Ayant quitté le réfectoire je suis reparti à sa poursuite ignorant sa réplique cinglante pour le lui en sortir une de plus belle « Je suis pas aussi débile que ça merci, j'ignore si ton esprit est aussi gelé que l'endroit d'où tu viens mais si j'ai ingurgité cette putain de potion et que je te demande de me poser cette question c'est qu'il y a forcément quelque chose que tu dois savoir ! » Butté, je savais qu'il allait refuser. Je décidai alors de jouer une autre carte pour attiser le feu ardent de l'intrigue « A moins que tu veuilles délibérément me chauffer ? » un sourire légèrement pervers mais surtout exagéré, je ne le quittais pas des yeux en détaillant alors sa réaction. Un petit moment de blanc s'installa entre nous ce qui signifiait pertinemment que maintenant, je devais avoir l'attention du brun entre mes doigts « Je répète : demande moi ce qui c'est passé cette nuit... s'il te plaît. » je grinçais des dents aux derniers mots. Je n'étais pas du genre à demander, ou supplier. Surtout lorsque j'ai envie de frapper la personne en face de moi mais ayant eu un arrière goût de du personnage de Rusko je me doutais bien que je ne pouvais rien obtenir de lui en étant l'habituel coq de combat que je suis « Je te promets sur la couenne de mon chat, après cela je ne t’emmerdes plus... Sauf s'il se passe autre chose de suspect. » J'accentuais ma prononciation sur la première syllabe de « suspect » comme pour aiguiser à un niveau trop élevé les interrogations du sorcier. Ajustant mon sac sur mon dos, je frappais nerveusement du pied. Comme première journée de cours, j'avais espéré mieux mais Rusko ne faisait par partit du même niveau que moi, nous avions peut-être certains cours en commun mais en majorité nous serions séparés et alors je pourrais jouer la discrétion sans avoir à balancer des trucs trop indiscrets à cause du philtre, et sans avoir un con après moi pour me torturer psychiquement... Même si je le reconnais, actuellement c'est moi le con après quelqu'un. C'était définitivement la journée des premières fois.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bad boys do it well   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bad boys do it well

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TNA 4 janvier. Scott Hall, X-Pac, Nasty Boys... et Hogan!
» Canadian aid worker guilty of assaulting Haitian boys
» Nils Relationships || You like Swedish boys ?
» 01. Boys don't cry | Chambre étudiante de Stevie Evans
» TEDDY Δ I wanna be where the boys are / fini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: rps-