AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

MessageSujet: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Lun 26 Jan - 11:30

Louis Weasley
And I know you said ‘forgive them for they know not what they do’
But sometimes I think they do
And I think about you
Je perçois le procès davantage comme quelque chose de bénéfique, essentiellement de juste, bien que de nos jours, il semble invoquer davantage de tensions que de solutions. Je soutiens cette idée que ceux qui ont fauté durant les sombres années qui nous précèdent payent pour leurs crimes et trouve aberrante l'option qu'ils puissent être blanchis de leurs agissements impardonnables. Je souhaite que justice soit faite, et que le monde de la magie soit bâti sur de bonnes et honnêtes bases. Le passé se remue, et accentue les différends, mais à mes yeux cela constitue qu'un mal pour un bien. Le pansement qu'il faut arracher pour enfin guérir cette plaie béante de notre histoire.
nom et prénom(s) complets : louis weasley, deux petits termes qui expirent les deux mondes distincts dont font partie mes parents. deux petits termes qui jurent, par leurs consonances prodigieusement différentes. mes parents n'espéraient certainement pas un fils, ma mère ayant pris le soin de sélectionner tous les prénoms français qu'elle affectionnait. il était selon elle essentiel que ses progénitures possèdent une trace de sa patrie. et ainsi, quoi de mieux, pour ce fils inespéré, que le nom des dix-huit rois ayant rythmé la France ?  ⌲ âge : benjamin des enfants issus de l'union de william weasley et fleur delacour, j'ai passé mon vingtième hiver. ⌲ lieu et date de naissance : j'ai vu le jour en cornouailles, à tinsworth plus précisément, où mes parents ont élu domicile dans cette demeure nommée la chaumière aux coquillages. c'était il y a vingt ans de cela, au cœur du mois de mai. ⌲ origine(s) : britanniques et françaises. deux origines principales que ma mère tient à approfondir dans mon éducation, que ce soit en termes de culture, de langue, d'histoire. ⌲ cursus d'études et année : j'entame ma deuxième année en cursus de médicomagie. je poursuis mon rêve, continuellement, d'arborer un jour une blouse de médicomage.  ⌲ club dont-il fait partie : j'ai intégré le club café lecture lors de mon entrée dans cet établissement. ⌲ nature du sang : un sang-mêlé regorgeant d'histoire ruisselle dans mes veines. bien que mon père soit de sang-pur, l'union avec ma génitrice ayant une grande-mère vélane a fait pencher la balance vers le mêlé. ⌲ statut civil : célibataire, bien que mon cœur saigne encore de ma dernière relation. les jours, les mois, les années se faufilent, mais je ne parviens à tirer un trait sur celle que je considère perpétuellement comme mon premier amour. ⌲ baguette : taillée dans du bois d'aulne, ma baguette mesure vingt-six centimètres, contient un ventricule de cœur de dragon et se trouve prédisposée aux soins de guérison.  ⌲ patronus : seules quelques misérables bribes d'argent s'émanent laborieusement de ma baguette lorsque j'incante ce fameux sortilège. ⌲ ancienne école : comme tous les weasley avant moi, j'ai effectué mes études au collège de sorcellerie poudlard. ⌲ groupe : j'irais bien leur donner une corde. mon opinion n'est peut-être pas des plus extrémistes ou virulentes, mais j'estime que ceux qui ont fauté doivent recevoir leur châtiment impérativement. je veux que justice soit faite, et qu'on puisse rebâtir le monde des sorciers sur de bonnes bases. ⌲ crédit(s) : écrireici
fils de fleur & william weasley, cadet de victoire et dominique weasley ϟ originaire de tinsworth, en cornouailles ϟ a toujours souhaité être comme son père, qu'il admire particulièrement ϟ bourreau de travail, il en résulte qu'il est un excellent élève, et le terme peut parfois sembler faible ϟ grâce aux origines françaises de sa mère, il parle aussi bien l'anglais et que le français ϟ tenait un journal intime depuis son plus jeune âge, qu'il a néanmoins brûlé en intégralité lors de sa cinquième année à poudlard, après qu'un élève ait divulgué quelques uns de ses propos en vue de l'humilier publiquement ϟ de nature timide et solitaire, peu le connaissait voire l'appréciait jusqu'à ce qu'il se mette en couple avec une élève nommée sarah ϟ sa relation avec cette dernière a fait de lui un jeune homme qui s'assume beaucoup plus, une assurance qu'il a su préserver malgré leur prompte rupture ϟ il est passionné de quidditch, comme de certains groupes de musique ϟ il rêve de devenir médicomage et fait tout pour s'en donner les moyens ϟ
pseudo/prénom : addie ⌲ où as-tu découvert le forum ? par dominique  :coeur:  ⌲ personnage inventé ou scénario : personnage inventé, issu des descendants ⌲ un petit mot sur le forum ?  :coeur:  ⌲ avatar : will higginson ⌲


Dernière édition par Louis Weasley le Mar 27 Jan - 12:57, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Lun 26 Jan - 11:30

I wanna hunt like David
I wanna kill me a giant man, I wanna slay my demons, but I got lots of them, I got lots of them.


« Saviez-vous qu'il y a des moldus qui se rendent régulièrement dans des organismes en vue de donner leur sang ? Ils ignorent totalement à qui leur sang va parvenir, tout comme ils s'en fichent éperdument. J'ignore s'ils font ça pour se donner une bonne conscience ou par pure bonté, parce qu'ils désirent voir leur monde s'améliorer ou s'ils ont souffert par le passé de la perte d'un proche qu'une transfusion sanguine aurait peut-être su éviter. Tout ce que je sais, c'est que dans ce monde-ci, que votre sang soit pur, mêlé, européen, africain, asiatique, on s'en fiche. C'est du sang, de la vie, tout simplement.

Mon sang est pur et mêlé à la fois. Je proviens de deux familles composées uniquement de sorciers, mais ces deux familles sont aussi bien plus que de simples sorciers. Ce sont des anglais et des français. Certains mêmes sont des vélanes. Et le fait que j'ai grandit à la Chaumière aux Coquillages, le cottage que mes parents ont bâti à l'issue de leur mariage en 1997, me procure aussi la curieuse impression d'avoir le sang épris du sel de la mer. L'endroit peut s'avérer aussi solitaire que magnifique. Toute mon enfance, peu importe où je me situais, j'entendais constamment le flux et le reflux des vagues. On s'endormait avec la mélodie de la mer, tout comme les murs de notre maison en étaient constitués, ceux-ci étant incrustés de coquillages et blanchis à la chaux. A Poudlard comme à Spinks, je l'entend encore, comme si elle m'invoquait, comme si elle faisait partie intégrante de moi. L'appel de l'inconnu, l'appel de l'infini, l'appel de l'indomptable. »

VICTOIRE ϟ « Les parents vont me tuer. » articula Victoire d'une voix grave, une main sur son front. Devant elle, des cartons s'étendaient, des tiroirs étaient ouverts de manière visiblement assez aléatoire et deux chaises tenaient en équilibre précaire pour soutenir un semblant de structure que le singe qui lui servait de frère venait de construire. Ou plutôt, les décombres, étant donné que Louis n'avait de toute évidence pas imaginé que sa structure croulerait sous son poids. Résultats des courses : un énorme fracas s'était fait entendre de l'étage du dessous, la pièce était dans un désordre que la maniaquerie de sa mère n'accepterait jamais et son frère s'était volatilisé sous un bureau, craignant les foudres de sa sœur. « Louis, sors de là ! » finit par clamer Victoire en désespoir de cause, apercevant son frère de cinq ans son cadet, avant d'entreprendre un marathon de grognements et plaintes en tout genre en tentant de remettre en ordre la pièce. Finalement, elle s'installa devant son frère qui n'avait pas bougé d'un pouce. Elle leva les yeux sur son visage et essuya les quelques larmes qui rougissaient les joues du petit. Un soupire fila entre ses lèvres lorsqu'elle aperçut le livre derrière son cadet, devinant que celui-ci avait établit ce stratagème plutôt que de demander tout bêtement à quelqu'un de le lui attraper. Son frère était une sorte de tempête silencieuse. D'une certaine manière, il avait arrêté de demander de l'aide au gens depuis belle lurette. Ainsi, il se débrouillait comme il pouvait pour obtenir ce qu'il désirait, et croyez-le, lorsque ce garçon a une idée en tête, elle ne s'évapore pas. Probablement ce fait le rendrait-il plus indépendant que les autres enfants, cette faculté à vouloir constamment être servi par soi-même et obtenir les choses de ses propres mains. Dans tous les cas, à l'heure actuelle, le côté maternelle qu'elle entretenait vis-à-vis de son frère depuis sa naissance faisait en sorte qu'elle ne pouvait pas lui en vouloir bien longtemps. « C'est pas grave, maman en saura rien. Je t'en fais la promesse. » Aussi efficace qu'une formule magique, son frère sortit de son semblant de cachette et se logea dans les bras de son aînée.

DOMINIQUE ϟ D'un geste violent, je repoussais Dominique qui tombait en position assise. « T'as pas le droit de pousser. » vociféra-t-elle, ses yeux bleus brillants de mille feux – les mêmes que son père, alors qu'elle rendit la pareille à son frère et attrapa par la force son pied chaussée d'une chaussure délacée. « Laisse moi tranquille ! » prononça-t-il, essayant de libérer son pied. « Faut que tu sois prêt pour aller au dî-. » Un coup de pied stoppa Dominique dans ses paroles, qu'elle esquiva de justesse. L'air hébété, Louis observa son aînée et tira sur sa chaussure pour l'envoyer valser de l'autre côté de la pièce. Les joues de sa sœur prirent une teinte rosée ce qui étira les lèvres de son interlocuteur en un sourire malicieux, satisfait de faire sortir Dominique de ses gonds. Elle se releva, alla récupérer la misérable chaussure et revint sur ses pas, préparant son frère tant bien que mal en utilisant le peu de force qu'elle avait sur lui.

« Domi. Domi. Domi. Domi. Domi. » Assis en face de ma sœur, je regardais le mouvement de ses yeux lire les lignes du livre dans lequel elle était plongée depuis au moins une heure. Ne recevant pas de réponse concluante à cette tactique, je finissais par me relever et disparaissais sur son lit que je prenais pour un trampoline plusieurs minutes et atterrissais de nouveau sur le plancher de tout mon poids, ce qui fit sursauter ma sœur si bien qu'elle en échappa son livre. Triomphant, un large sourire vint étirer mes lèvres tandis que la douce et calme Dominique rougissait de colère et d'exaspération. « Louis pour l'amour de Merlin peux-tu rester tranquille au moins deux minutes ?! Ça fait une heure que je lis la même ligne de mon livre ! Qu'est-ce que tu veux ?! » Je sautais sans ménagement sur ma sœur, m'immisçais entre elle et son livre et répliquais avec un sourire : « Lis-le moi. » « T'as pas eu que le nom des rois, toi, hein. »

« J'ignore s'il y a un âge précis, un âge moyen auquel la timidité décide de s'installer en vous, auquel l'innocence des temps d'enfance décide de vous abandonner lâchement. Je ne pourrais bien entendu pas vous dire que tel jour de tel mois de telle année, j'ai décidé de passer du garçonnet assez turbulent à un garçon plus calme, beaucoup plus calme. Calme qui engendra ensuite une solitude exemplaire, une attitude travailleuse en acier, un perfectionnisme assez perturbant, de l'ambition à la pelle, une forte indépendance qui vous donne l'impression que je pourrais très bien vivre seul et ne jamais avoir besoin de personne. Bien sûr, le dernier point est faux. Je pourrais certes sans doute survivre à la solitude plus longtemps que beaucoup d'autres, vivre en ermite des années sans devenir dépressif ou névrosé; un beau jour, mon humanité voudra que je parle à quelqu'un, même si ce n'est que quelques minutes. Tout le monde a besoin d'un contact social. La seule différence, c'est que j'en ai besoin de très peu, si bien que parfois, j'aimerai bien envoyer paître les tantes et oncles qui m'assaillent de questions alors que je préférerais rester dans mon coin faire mes petites affaires en paix. »

WILLIAM ϟ« Pourquoi tu me regardes comme ça, Lou ? » interrogea Bill, un sourire amusé sur les lèvres.
« Pour rien » rétorqua son fils, déviant son regard ailleurs.

« Les gens clament qu'il est important de rester qui l'on est. Je me demande simplement à partir de quel instant l'on sait pertinemment qui l'on est. Est-ce qu'un matin, on se réveille en se connaissant par cœur ? C'est fou, comme l'on a l'impression de pouvoir connaître parfaitement ses proches mais que soi-même demeure une véritable énigme. J'imagine que la personne que l'on constitue est celle qui se manifeste lors des grands moments, des grandes émotions, celle aux réactions spontanées, aux désirs intenses, celle que l'on ne peut pas vraiment se sortir de la tête. Mais alors, que fait-on lorsqu'on n'aime pas cette personne ? Est-ce qu'on peut ne pas s'aimer ? Sans vouloir entrer dans les méandres de l'esprit et des idées noires, est-il possible que quelqu'un qui va relativement bien, ne supporte pas la personne qu'il constitue ? Qu'il veut changer ? Être quelqu'un de souverainement différent ? Est-ce que dans ce cas-là il s'agit de jouer un jeu, de mentir à son entourage comme à soi-même ? Mais s'il s'agit de nous-mêmes qui avons décidé que nous voulions être cette personne-là, est-ce que ce n'est pas quelque chose de purement... Personnel ? Naturel ? Est-ce que la personne que l'on désire être est la personne que l'on est vraiment, contrairement à celle que l'on est « par défaut » ou que l'on est parce qu'on n'ose pas être quelqu'un d'autre que l'on souhaiterait être cependant ?

J'aurais aimé être comme mon père. De A à Z. Je supporte pas d'être le Louis que je suis. Celui qui se laisse submerger par ses émotions et arrive à peine à les contenir. Celui qui n'invoque que des moqueries et remarques désobligeantes sur le fait que oui, il est un garçon. Je comprends pas comment c'est possible d'être le fils d'un homme qui détourne les regards des femmes, qui impose le respect, qui inspire la bravoure, et n'hériter d'aucun de ses traits. Être une sorte de poupée de chiffon sans intérêt, molle et complètement dérisoire. D'apparence si fragile et gracile. Une silhouette fine et élancée qui n'a rien de masculin à mes yeux. Qui n'a rien en commun avec son géniteur. Je tuerais pour avoir une seule des caractéristiques qui font de lui un homme respecté et viril. Je tuerais pour avoir un autre physique, une autre personnalité. Je tuerais pour être comme lui. Je ne supporte plus d'être moi, le faible moi. »

ANGUS ϟ « Oh, par Merlin. » soupirais-je, passant mes gants contre mes joues rougies par le froid pour effacer les larmes qui les inondaient. Je reniflais, fermais mes yeux douloureux, tentant de récupérer un peu de consistance. Il fallait vraiment que j'apprenne à résister, gagner un peu d'indifférence, de force. J'ouvrais de nouveau les yeux sur la dépouille de mon animal de compagnie et n'osais même pas le toucher, comme si je craignais de le souiller. « Weasley ! » Je sursautais et me redressais, à l'affût. Un rire hideux se fit entendre de la part du jeune homme qui venait de m'interpeller, se délectant visiblement du spectacle qui lui était offert. Il avait beau avoir deux ans de plus que moi, j'étais aussi grand que lui. Néanmoins, il avait deux fois ma largeur, au moins. « Oh, pauvre bébé Weasley. Dommage que maman n'est pas là pour te consoler. Faut que t'apprenne à t'endurcir, un peu. » Je reculais de quelque pas alors qu'il me poussait et baissais les yeux sur mon défunt animal de compagnie. « Il va pas lui arriver plus de misères, Weasley. » Il leva sa baguette magique, envoyant valser l'animal quelques mètres plus loin. Horrifié, j'aboyais : « Arrête ! » « Sinon quoi ?! » Je me faisais pousser jusqu'à ce que mon dos atteigne violemment le mur de pierres des donjons. « Vas-y, dégaine ta baguette, si tu oses ! » Sa propre baguette s'affaissa contre mon cou, un halo rosée entourant le point d'impact. « Dégagez ! » Un ultime coup contre la poitrine, déçu que son jeu s'arrête là, et le groupe d'amis quitta le couloir. Je fus rejoint par ma sœur qui me dévisagea, autant à la recherche d'une quelconque blessure que d'une explication. « Qu'est-ce qui se passe, Louis ? » Je baissais les yeux alors que mon aînée scrutait méticuleusement mon visage. Sa main glissa sur ma joue et je me défis de son emprise. « Je peux t'aider, Lou. » « Non. » coupai-je. « Il n'y a rien à faire. » ajoutai-je après un moment de silence. « Il est parti. Mort. » prononçais-je non sans difficulté. « Qui ça ? » « Angus. » Ma voix se coupa. Je me raclais la gorge, reprenant : « Angus est mort. » Instantanément, ma sœur suivit mon regard vers le chat atrocement obèse qui gisait par terre. Le chat que son frère avait tendance à vraiment trop nourrir, limite à se priver pour lui donner ce qu'il avait, si bien que le ventre du félin frôlait quasiment le sol lorsqu'il se déplaçait.

DOMINIQUE ϟ « Je peux me débrouiller tout seul ! JE PEUX ME DEFENDRE. Je n'ai pas besoin de toi ! Va faire tes trucs de FILLES et laisse moi TRANQUILLE ! » aboyai-je à l'adresse de ma sœur qui tentait de prendre ma défense devant l'adversité. Surprise, elle ne prononça mot et me laissa me volatiliser dans ma salle commune sans réclamer son reste.

JAMIE ϟ « Il écrit. » « Il écrit quoi ? » « Je sais pas, une sorte de journal. Tous les soirs, il écrit. Y'en a des livres et des livres. » Il savait forcément bien de quoi il parlait. Depuis la première année, il partageait le même dortoir que ce calme Louis Weasley. Le garçon qui peut si bien passer inaperçu, et qui selon lui le souhaite probablement, étant donné que lorsqu'on vient à le placer sous les projecteurs, c'est souvent pour l'humilier. Ou le féliciter pour ses excellentes notes. Jaloux ? Probablement l'est-il. Jaloux de voir la motivation sans limites de son camarade de classe qui est un véritable bourreau de travail, qui ne s'arrête jamais, qui possède une culture sans limites, une mémoire plutôt bonne et de l'ambition à la pelle. Il a vu Louis faire des choses qu'il n'aurait jamais soupçonné un élève de leur année pouvoir faire. Il ne dirait pas que le jeune Weasley est un surdoué, ou qu'il a une facilité déconcertante. Non, parce qu'il le voit travailler d'arrache-pied pour obtenir ses notes, il mérite chacun de ses petits exploits. Et en quelque sorte, ça fait de lui quelqu'un d'exemplaire. Il ne se repose pas sur ses lauriers, puisqu'il se met toujours au travail, et il propose souvent d'aider sa cousine lorsqu'elle a des difficultés dans une matière. C'est le genre de bon garçon, qui ne fait pas de vagues et qui ne mérite pas forcément de recevoir des encriers en pleine figure et autres misères que les plus « forts » lui font. Sa seule faiblesse, c'est le fait qu'il se laisse marcher sur les pieds. Qu'il ne s'assume pas et qu'il n'a peut-être pas l'habitude d'avoir des adversaires en chair et en os plutôt que pédagogiques.

« Avoir la honte de sa vie. Cette expression est assez banale, tout le monde l'a probablement utilisée au moins une fois dans sa vie. Ma mère, en tout cas, l'utilise souvent. Dès qu'un de ses enfants fait une bêtise en public, elle l'emploie, clamant pour nous faire culpabiliser qu'elle a eu la honte de sa vie à cause de nos agissements. Après, bien sûr, tout est relatif. Si la honte de ma vie se limitait à ce que ma fille ait fait exploser le chaudron de grand-mère, je serais probablement l'homme le plus confiant du monde. Il y a des hontes beaucoup plus intenses, beaucoup plus puissantes. Le genre de honte qui ne vous transforme pas en pivoine devant un certain public, mais vous font perdre toute couleur. Vous prenez une pâleur absolue, votre visage perd toute expression, vous êtes comme figé dans le temps, bien que votre cœur bat si fort contre votre poitrine que vous avez l'impression qu'il veut sortir de celle-ci et glisser sur le sol de pierres, vous laissant là, complètement démuni. Mais peu importe ce qu'il adviendra, votre cœur vous est toujours fidèle, d'une certaine manière. Et vous restez-là, désabusé, désemparé, pétrifié. Mais le pire, c'est qu'en vous, vous sentez quelque chose se briser. Quelque chose d'immense, et même si vous ne pouvez pas placer un mot sur cette chose, vous savez qu'elle sera irréparable, que vous l'avez perdue à tout jamais. Et même si vous ne la connaissiez même pas, la nostalgie rapide de l'avoir perdue, la plaie ouverte qu'elle a laissée sur son départ, provoque une marée d'éboulements en vous. »

JAMIE ϟ « « Je tuerais pour avoir une seule des caractéristiques qui font de lui un homme respecté et viril. Je tuerais pour avoir un autre physique, une autre personnalité. Je tuerais pour être comme lui. Je ne supporte plus d'être moi, le faible moi. » » Connaissez-vous l'impression de faire une bêtise et d'être découvert en flagrant délit ? Ou alors, celle de découvrir que pendant des années de votre vie, vous vous êtes leurré ? Que vous étiez totalement à côté de la plaque ? Multipliez toutes ces sensations par l'infini. Je fermais les yeux, alors que les rires continuaient de résonner dans mes tympans, encore et encore. Ces rires que j'entendais parfois encore la nuit, au lieu du doux remous des vagues près de la chaumière dans laquelle j'avais grandit. Je crachais l'encre qui s'était infiltrée dans ma bouche lorsqu'un des élèves avait envoyé un encrier voltiger dans ma figure. Je tentais d'essuyer le liquide épais qui recouvraient mes yeux et leurs alentours tout en sentant quelques morceaux de verres craquetaient à leur impact contre le sol. Puis j'attendais, j'attendais que le spectacle auquel j'étais le bouc émissaire, le clou, s'achève. Qu'ils se lassent, qu'ils en profitent une bonne fois pour toutes et que tout ça en finisse. Pour de bon. Finalement, le dernier de mes journaux intimes fit jeté à mes pieds et le couloir se déserta petit à petit. Je me penchais pour récupérer ce qui semblait être la dépouille de ma dignité en lambeaux, n'ayant jamais eu la sensation d'être aussi seul dans toute une vie, dans ce couloir désormais vide.

« Je suis désolé, Louis. » Je ne répondis pas, le reflet des flammes dévorant mes écrits illuminant mes yeux et rougissant mes joues par la chaleur émanant de la cheminée. Je n'étais pas rancunier, je ne chercherai pas à me venger. Je comprenais déjà, en quelque sorte, et avais même pitié pour mon interlocuteur qui m'avait causé tant de mal. Probablement était-ce mal, probablement était-ce l'essence même de mes faiblesses. Pourtant, je savais que de se laisser consumer par la haine et la rancune n'était pas une solution maline ou même saine. Et puis, je possédais d'autres plans. « Ils m'ont menacé, Louis. Je ne pouvais rien y faire ! » Stupide et bien précaire présumée loyauté de l'amitié. Je déglutis, si je devais penser à la quantité de fois où j'avais été menacé par les brutes de Poudlard, le nombre de fois où l'on s'était moqué de moi, où l'on m'avait humilié publiquement, le nombre de fois où j'avais reçu des coups par l'intermédiaire de baguettes magiques ou à la manière des moldus, je lui aurais probablement répondu de la manière la plus acide qui soit. Mais j'étais trop occupé à brûler tous mes journaux, tous mes écrits, l'évolution du petit garçon à l'adolescent d'aujourd'hui. Je réduisais tout en cendres, je marquais un point d'arrêt dans ma vie, une traçais une limite. J'annihilais mes souvenirs, j'en avais conscience, et ça me faisait tellement de peine que j'en avais l'envie de vomir. Mais il le fallait. Je me devais d'agir de cette manière. C'était mon ultime solution.

ϟ ϟ ϟ


SARAH ϟ « Tu as les yeux bleus des amoureux. » Je n'ai jamais réellement élucidé le mystère qui englobait mes pensées lorsque je lui avais susurré ces quelques termes. Tout comme il m'était difficilement concevable qu'ils puissent posséder un tel impact sur elle. Sarah, c'était cette collégienne que je n'avais su oser approcher durant ma scolarité. Car elle était principalement tout ce que je ne savais être : une confiance en elle inébranlable, un caractère puissant, des propos acérés happant quiconque titillant son intégrité. Sarah était l'adolescente que tous respectaient, certains craignaient. Je n'ai jamais été attiré par elle, il y eut certes quelques filles qui me plaisaient lors de ma scolarité, mais jamais je n'ai posé des yeux entichés sur celle-ci.

Et pourtant, c'est avec elle que j'ai échangé mon premier baiser. C'est avec elle que je suis devenu réellement intime. C'est avec elle que je suis devenu un homme, dans tous les sens du terme. Elle m'a appris à respecter la personne que j'étais, défendre ce que je composais, et me tenir droit pour ce en quoi je croyais. Sarah m'a prodigué tous les outils qui me manquaient cruellement à mon bien-être, à ma sérénité, à mon évolution. Sans elle, je serais sans doute le garçon qui manque affreusement de confiance en lui. C'est grâce à cette relation que j'ai osé croire en mes rêves, que j'ai accepté l'idée que je constituais une personne à part entière qui méritait sa place, qui valait beaucoup plus que ce que je m'attribuais d'emblée. Beaucoup ont redouté ce changement radical dans mon attitude. Métamorphoser le Louis qui faisait partie de la tapisserie depuis des années en celui qui répond avec arrogance voire se livre à des duels à la moindre insulte demeurait un acte surprenant.

DOMINIQUE ϟ « C'est pas une fille pour toi, Louis. » Un rire sans joie file entre mes lèvres. Je toise mon aînée, ne désirant aucunement la prendre au sérieux, piqué qu'elle se permette de commenter ma vie sentimentale. Quand m'étais-je infiltré dans ses histoires de coeur ? Jamais. J'attendais la même chose de ma soeur. « Arrête, Lou. Ca va mal finir. Vous pouvez pas rester ensemble... Vous êtes bien trop... Différents. » Je fronce les sourcils, tentant de lire entre les mots de mon interlocutrice. Je percevais uniquement des critiques imaginaires dans son qualificatif de divergence. « Ça n'a pas de sens ! Cette fille t'utilise, on le sait tous. Elle t'utilise, parce que t'es quelqu'un de bien trop bon. Elle te mérite pas, et tu ne mérites pas de finir le cœur brisé à cause d'une fille comme ça. Ça va mal finir, ça peut que mal finir. Ça a commencé déjà beaucoup trop vite, et marque mes mots, tu en finiras blessé. » « Arrête ! Domi... Sérieux, de quoi tu te mêles ?! Tu ne la connais pas, ok. Tu ne connais pas notre histoire non plus. Je suis heureux avec Sarah, et je l'aime. Je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie. Si tu es incapable de le voir, c'est pas mon problème. Si t'es pas capable de l'apprécier, tant pis pour toi. Mais je vais certainement pas changer pour toi. Tu sais quoi ? Ne t'avise pas de te mêler de mes relations encore une fois. » Mon ton est catégorique, cassant. Des sentiments qui ont été si longtemps étrangers en mon être, qu'ils saisissent derechef la Weasley qui ne trouve mieux que de demeurer bouche bée, tandis que je tourne les talons, mettant un terme à nos échanges.

ϟ ϟ ϟ

« Il mit plusieurs minutes à lier les mots entre eux et à leur trouver une cohérence. Il n'arrivait pas à concevoir qu'elle disparaisse. Il n'arrivait pas à admettre qu'elle puisse lui causer de la souffrance. Il cherchait l'erreur. Il espérait le moment où la compréhension de l'énigme lui arriverait, où il pourrait rire de cette bonne plaisanterie. Mais elle le quittait définitivement et sans explication. Comme s'il avait avalé un sac de ciment, il demeura paralysé, lourd, compact. Il n'était plus qu'un bloc de souffrance. Il n'y avait même pas la place pour que s'infiltrât la colère, l'insulte ou l'indignation. Non. Une souffrance pétrifiante. Vivre sans elle. Vivre sans se mêler à son corps. Vivre sans l'amour partagé. Puis la souffrance cessa de faire bloc et se fissura en mille petites pensées ; c'est toujours à ce moment, lorsque, après le choc, la souffrance s'allège et se disperse, qu'elle devient le plus douloureuse. »
la part de l'autre, éric-emmanuel schmitt


LOUIS ϟ Aussi déchirant cela puisse l'être de l'avouer, Dominique avait raison sur un point. Ma relation avec Sarah ne durerait pas. Deux misérables petits mois, que certains estiment parfaitement risibles, hilares, mais qui ont redéfinit entièrement mon existence. Encore à l'heure actuelle, trois ans plus tard, mon cœur palpite pour cette fille. Je n'ai jamais autant souffert que lorsqu'elle a mit un terme à notre relation. Expliciter ce que cette déchirure a invoqué en moi semble prodigieusement singulier. Il m'est impossible de compter les larmes que j'ai versé pour elle, la panique qui m'a saisi lorsque notre histoire n'était plus; et finalement, ce sentiment que ce n'était pas mon cœur qui se brisait, mais une partie de mon âme qu'on m'arrachait, qu'on annihilait. Je n'ai jamais été aussi bas que suite à cette rupture, essentiellement parce que je me juge coupable de cette séparation. Je me sentais atrocement mal, et penser à autre chose qu'elle m'était impossible. Parce que je n'arrive à ne blâmer que ma personne pour ce qui m'est arrivé, et qu'une part de mon être espère que Sarah puisse me pardonner un jour. Qu'une part de mon être survit pour elle. Sarah m'a procuré, selon moi, une manière de vivre, une assurance et un bonheur dont je lui serais éternellement reconnaissant. Mais surtout, Sarah c'est mon premier amour, cet amour véritable, éternel, pur et sain. Cet amour que je n'oublierais jamais, et qui compose inexorablement l'homme que je deviens.



Dernière édition par Louis Weasley le Mar 27 Jan - 13:27, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Lun 26 Jan - 11:32

Mon mamour, mon loulou, mon louis, mon petit frère, ma perfection  :ouiii:  haah  rol  canard

J’ai hâte que l’on developpe notre lien, puis surtout hate de tevoir dans la peau de louis. Aaaah pon loulou. cela aurait été etrange de le voir interpréter par un autre que toi bigeyes
Graouw... ce garcon c’est l’homme de ma vie. Gosh. T’es beau.pourquoi t’es mon frère déjà? Faut croire que je suis condamnée xD


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Lun 26 Jan - 11:47

bienvenue le cousin, hâte d'en savoir plus sur toi hihi :wi:

_________________

« It's enough just to find love »
i was close to a fault line, heaven knows you showed up in time. was it real ? now I feel like i'm never coming down. so here we are set into motion, steal a car, crash in the ocean, you and I caught in a fading light on the longest night. ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Lun 26 Jan - 18:37

Punaise, t'es magnifique. Ö
Puis un Weasley, Louis, le petit frère de Victoire.. Vous nous avez prévu de grandes choses n'est-ce pas ? cara
Je lis le début de ta fiche ce soir sans faute pour en savoir plus.
En attendant, bienvenue et bon courage pour la suite, n'hésite pas si tu as besoin de quelque chose (poser une question, parler, whatever), ma boîte à mp est grande ouverte, puis même si tu as besoin de liens d'ailleurs. :ange:

_________________

    (+) I BET MY LIFE
    so many sleepless nights, where you were waiting up on me. well i'm just a slave unto the night. now remember when i told you that's the last you'll see of me, remember when i broke you down to tears. i know i took the path that you would never want for me, i gave you hell through all the years.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Lun 26 Jan - 20:55

Je suis totalement fan de la façon dont tu as de décrire Louis. coma
En plus le frère de Dom quoi, c'est la fête ici soumis
J'ai tellement hâte d'en savoir plus! Et puis le must, c'est Will en avatar. Mon dieu, ce mec. :wi: Bref, j'exige donc un lien amur avec Tobtob ou Chiara hein dis :emu:

_________________

Mais je voudrais pas que tu te fasses de fausses idées non plus, j'ai pas l'intention d'te d'mander en mariage. Et même si, évidemment j'peux pas t'forcer à m'fréquenter, j'peux te d'mander d'me croire, quand j'te dis tout ce que je t'ai dis ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Mar 27 Jan - 6:07

Quel accueil amur
Merci à vous tous :coeur:

Dom : j'ai hâte qu'on puisse jouer dans ces peaux aussi, mon étoile :ouiii:

Lorcan : merci :emu: je dis pas non à un lien haah

Tobias : han, c'est gentil, contente que ça te plaise :emu: je fais pas de préférence, je veux des liens avec tout le monde moi :ange:
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Mar 27 Jan - 7:26

WEASLEY et les Weasley ici ils sont pas roux shame *sbaff* Je ne dirais jamais assez mon amour pour cette famille amur  J'aime comment tu décris Louis, c'est tout doux et pauvre bichon faudrait lui donner une bonne dose de confiance en lui :coeur: :coeur: Courage pour la suite !!

Ah et puis hein aussi bienvenue xD
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Mar 27 Jan - 8:53

Le petit frère de Dominique :wi: Bienvenue parmis nous hihi
Bon courage pour ta fiche, même si elle m'a l'air déjà bien avancé :emu:

_________________

That's just the way that I live
The streets are alive, through the deepest red ruin, can't tell if she's blushing, and roastin' it hue. She's finished her shift, and waits for her lift. That's just the way that she lives.
#cc6c2d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Mar 27 Jan - 13:00

Merci vous deux :coeur:
En effet Kieran, c'est exactement ça :emu:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   Mer 28 Jan - 0:34

Te voilà donc validé(e)
bienvenue officiellement sur strange progeny
Après maintes épreuves te voilà enfin validé et parmi nous petit membre adoré Si c'est pas la classe. Brefouille. awwwww :emu: coma
Moi j'suis amoureuse de ton Louis, voilà UMF Non mais j'adore comment tu l'as représenté. Puis cette relation avec Sarah amur tellement bien décrite. J'aime vraiment beaucoup & j'suis trop heureux de te valideeeer :wi:


Ci-dessous tu trouveras un petit guide de survie afin de s'intégrer totalement. Puis de toute façon, si une chose te chiffonne, n'hésite pas à envoyer un petit mp à un membre du staff qui se fera un plaisir de venir te répondre. Premièrement, si tu veux avoir pleins de petits liens avec les membres du forum, il te faudra créer ta fiche de lien dans la partie adéquate. Si ton personnage fais partie d'un club, il faudra aussi aller te recenser afin d'être dans la liste, c'est par ici que ça se passe. De même, pour que ton personnage ne dorme pas à la belle étoile sous l'aile d'un dragon, il te faudra mieux venir demander une chambre, qui te sera donner au hasard.

Sinon, n'oublie pas de remplir ton profil évidemment, c'est toujours plus joli et ainsi les autres membres peuvent tout de suite avoir une idée. Essaie que ta signature ne déforme pas le forum aussi

Ensuite, tu as la possibilité de te créer un scénario ou te faire une bande de pote dans la banque de liens. Puis, n'hésite pas à faire connaître le forum en votant sur les tops-sites ou en remontant les sujets bazzart et prd. On compte sur toi pour t'amuser

A très vite.


_________________

Mais je voudrais pas que tu te fasses de fausses idées non plus, j'ai pas l'intention d'te d'mander en mariage. Et même si, évidemment j'peux pas t'forcer à m'fréquenter, j'peux te d'mander d'me croire, quand j'te dis tout ce que je t'ai dis ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams   

Revenir en haut Aller en bas
 

louis ϟ I try to keep myself out of your bad dreams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» VOILA LE PATRON DE MICHELLE PIERRE-LOUIS
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» Que pensez-vous de cette intervention de Levaillant Louis Jeune au Nouvelliste
» Le projet de Michele Pierre-Louis.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: fiches-